Monstres

L’Origine du projet 

Tout est venu d’une résidence avec des amis, parmi eux il y avait Salem un créateur couturier et Setchea un rappeur compositeur, photographe. Ils forment tous les deux le label artistique Coede. Lors de cette résidence nous nous sommes pris d’une envie de photographier leur collection et comme le nœud est une des bases de leur travail, nous avons entreprit de
me nouer plein de chutes de tissus sur les endroits visibles de ma peau. C’est là qu’est né notre concept de Monstre, le fait d’être emmitouflé ainsi m’a permis d’être à l’aise devant un objectif contrairement à d’habitude et m’a permis de faire ressortir autre chose. S’en ai suivie plusieurs autres expérimentations photographiques avec cette fois du maquillage.

Nous entreprenons maintenant de développer ce concept. Ceci est donc une étape de travail, le meilleur reste à suivre alors restez connectés pour suivre l’évolution de ce projet.

Marion Binos

• The origin of the project •

It all came from a residency with friends, among them Salem a fashion designer and Setchea a rapper, composer and photographer. They both form the artistic label Coede. During this residency we got the urge to photograph their collection and as the knot is one of the bases of their work, we decided to and as the knot is one of the bases of their work, we set about tying a lot of fabric scraps on the visible parts of my skin. This is where our concept of Monster was born, the fact of being wrapped up like this allowed me to be comfortable in front of a camera contrary to usual and allowed me to bring out something else. This was followed by several other photographic experiments, this time with make-up.

We are now in the process of developing this concept. This is just one stage of the work, the best is yet to come so stay tuned to follow the evolution of this project.

Marion Binois

• GTöCKA & GäBJI THOUGHT •
est un projet multi-arts réalisé lors de nos trois jours de résidence à Chapêlmêle à Alençon. Nous avons décidé de nous réunir avec le seul but d’expérimenter ensemble et de créer un univers contrasté à partir de l’idée du Monstre.

« Un contraste entre les couleurs et le noir & blanc. Un contraste entre l’imaginaire et le monde réel. Un contraste entre légèreté et massivité. Un contraste entre expressivité et retenue. »

Peinture : Köta Wali
Monstres, photos et vidéo : Oïra
Performeuses : Köta Wali et Oïra
Musique : Andrège

• GTöCKA & GäBJI THOUGHT •
is a multi-arts project realised during our three-day residency at Chapêlmêle in Alençon. We decided to get together with the sole aim of experimenting together and creating a contrasting universe from the idea of the Monster.

« A contrast between colours and black & white. A contrast between the imaginary and the real world. A contrast between lightness and massiveness. A contrast between expressiveness and restraint.

Painting: Köta Wali
Monsters, photos and video : Oïra
Performers: Köta Wali and Oïra
Music: Andrège

• Homochromie •

Collaboration avec Yemi Bosia visant à mélanger nos deux univers, soit le cyanotype, le Monstre et la scénographie.

« Aptitude de certaines espèces à harmoniser leur coloration au milieu où elles vivent de façon permanente ou temporaire afin de se camoufler. »

• Homochromy •

Collaboration with Yemi Bosia to mix our two worlds, cyanotype, Monster and scenography.

« Ability of certain species to harmonize their coloration to the environment where they live permanently or temporarily in order to camouflage themselves.

• MONSTRES

Exposition et performances par Marion Binois aka Oïra.

Monstre comme quelque chose qui libère, qui montre cette autre facette qu’il peut être difficile de montrer à visage nu. Monstre comme un affranchissement de notre coté de l’ombre, ce coté caché, non assumé et/ou non conscientisé. Ce coté de nous qui sort du chemin tracé, qui libère une autre partie des êtres complexes que nous sommes. Monstre qui nous permet de cacher une partie de nous pour pouvoir en faire ressortir une autre plus facilement. Poser un changement à l’extérieur pour modifier et laisser s’exprimer l’intérieur. Monstre ou comment faire ressortir quelque chose qui est au plus profond en modifiant l’apparence extérieur nous faisant lâcher notre identité habituelle afin de laisser place à toutes celles qui peuvent exister à l’intérieur. Parce que même si elles prennent moins de place, elles ont tout de même besoin d’exister.


Oui, on est plusieurs dans ma tête…

MONSTERS

Exhibition and performances by Marion Binois aka Oïra.

Monster as something that liberates, that shows this other side that it can be difficult to show bare face. Monster as an emancipation of our shadow side, this hidden, unassumed and/or unaware side. This side of us that goes out of the way, that frees another part of the complex beings that we are. A monster that allows us to hide a part of ourselves in order to bring out another part more easily. Putting a change on the outside to modify and let the inside express itself. Monster or how to bring out something deep inside by modifying the outer appearance, making us let go of our usual identity in order to make room for all those that may exist inside. Because even if they take up less space, they still need to exist.

Yes, there are a lot in my head…